Politique environnementale France

Face à la crise écologique actuelle, la question de la politique environnementale d’une puissance mondiale telle que la France est plus que jamais d’actualité. Où en est le gouvernement sur l’atteinte des objectifs – certes ambitieux mais nécessaires – qu’elle a accepté de remplir sur l’année, la décennie ? Il semblerait que le constat soit en grande majorité mitigé et que malgré les efforts menés, il reste un long chemin à parcourir, en peu de temps. Faisons le point sur la politique environnementale de la France, membre du G7.

Politique environnementale en France : quels constats peut-on faire ?

En France, c’est le Ministère de la transition écologique ou Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie qui se charge de trouver des réponses aux problématiques environnementales et de mettre en place les actions nécessaires. Et, pour dresser une vue d’ensemble de la situation écologique à l’instant T, le Ministère publie tous les 4 ans un rapport sur l’état des engagements de la France et sur le résultat des actions menées. Le dernier, publié en octobre 2019, met en évidence quelques faits inquiétants, et d’autres heureusement plus encourageants. Ci-dessous, retrouvez quelques points principaux dudit rapport :

  • Les rejets des polluants dans l’atmosphère a fortement diminué (on enregistre par exemple –49% de rejets d’oxydes d’azote en 10 ans) mais pas de façon uniforme sur l’ensemble du territoire, notamment dans les grandes agglomérations ou la qualité de l’air devient un réel enjeu sanitaire. Un fait intéressant à observer pourrait être le jugement de la Cour de Justice européenne. La France aurait dépassé selon elle de façon “systématique et persistante” le seuil optimal de dioxyde d’azote depuis 2010…
  • Les eaux souterraines restent fortement polluées, un phénomène qui s’accentue (nitrates, hydrocarbures, arsenic, pesticides en tous genres…). La France aurait en conséquence fermé environ 2400 forages d’eau potable sur 22 000 depuis 2000 du fait d’une pollution excessive. Notons en revanche que la qualité des eaux de surface (fleuves, rivières…) quant à elle, s’améliore significativement.
  • La biodiversité française en métropole et dans les DOM TOM est de plus en plus menacée, avec 18% des espèces analysées au titre du rapport étant en voie d’extinction ou menacées.

Au global, il est à constater que la France est en retard sur ses objectifs climatiques et qu’elle doit agir vite pour répondre aux enjeux environnementaux induits par la crise mondiale.

Etat de la politique environnementale en France

Même si la plupart des constats tirés du rapport du Ministère sont encore inquiétants, la France redouble toutefois d’efforts pour placer l’écologie au cœur de ses actions. La politique environnementale en France reste dynamique et se traduit par des mesures prises dans tous les secteurs.

Un exemple ? La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, notamment. Elle se décline en 5 axes liés à l’information des consommateurs, à la sortie du plastique jetable, au réemploi solidaire ou encore à l’obsolescence programmée. Parmi les objectifs à tenir :

  • La fin du plastique à usage unique d’ici à 2040 (sur 4 périodes d’action),
  • Imposer la mise à disposition d’informations publiques sur les perturbateurs endocriniens présents dans les produits de grande consommation,
  • Diffuser à chaque citoyen l’impact environnemental réel de sa consommation mobile et internet,
  • Interdire l’élimination des invendus non-alimentaires,
  • Réduction de 50% du niveau de gaspillage alimentaire en grande distribution,
  • Stoppage de l’impression systématique d’impression des tickets de caisse,
  • Permission de vente des médicaments à l’unité
  • Etc.

Politique environnementale de la France à l’international, G7

Une multitude d’autres lois ont été implémentées dans le sens de l’écologie et servent à l’atteinte des objectifs nationaux et internationaux. A l’échelle internationale, la France s’est engagée comme d’autres puissances en signant par exemple l’accord de Paris (2015) ou encore en accueillant le One Planet Summit en décembre 2017. Elle est également un membre actif du G7, regroupant 6 autres puissances mondiales et permettant de prendre la parole sur les problématiques environnementales mondiales (entre autres) et de s’engager à travers des actions concrètes en ce sens. Le G7 se réunit chaque année.

Politique environnementale en France : qui sont les différents acteurs ?

Bien entendu, plusieurs acteurs sont garants ou se chargent de superviser la politique environnementale en France. Si les objectifs sont ambitieux, la mise en pratique est moins évidente. Ci-dessous, la liste de quelques acteurs de l’environnement en France :

  • Le commissariat général au développement durable, le CGDD. Mis en place en 2018, sa mission est transverse. Il produit l’information statistique sur le logement, l’environnement, l’énergie ou encore les transports et pilote le dialogue environnemental dans le cadre du conseil national de la transition écologique. Il sert en quelques sortes à éclairer les actions du Ministère en produisant de la donnée et en enrichissant ses réflexions. Il s’agit donc d’un acteur clé en matière de politique environnementale en France.
  • Le comité des politiques d’environnement (EPOC). Celui-ci se charge de mettre en pratique le programme de l’OCDE notamment (Organisation de Coopération et de Développement Economique). Ce comité se réunit tous les 4 ans, l’occasion de passer en revue les performances écologiques de la France sur les dernières années, notamment. Ce comité coopère avec d’autres comités de l’OCDE afin de privilégier un dialogue ouvert et constructif sur les problématiques environnementales et d’assurer une cohérence des messages (comité des produits chimiques…).