Politique environnementale Canada

Le Canada est l’une des principales puissances mondiales, et membre du G7. A ce titre, le ton donné à sa politique environnementale est particulièrement suivi en cela qu’il impacte le scénario international en la matière. Comme les autres puissances mondiales, la politique environnementale du Canada revêt un enjeu d’autant plus important qu’elle se heurte au contexte historique du pays, encore aujourd’hui 4ème producteur de pétrole au monde. Alors, où en est le Canada en matière d’écologie et de développement durable ? Quels objectifs a-t-elle pris à l’occasion du G7 ?

La politique environnementale Canada relève-t-elle de l’équilibrisme ?

On le sait : politique et environnement sont malheureusement fréquemment liées. En la matière, le Canada a été fortement influencé par les mouvements politiques des dernières années. Entre 2006 et 2015, l’élection de partis opposés aux actions climatiques a comme fragilisé la politique environnementale existante. Le système fédéral induisant que chaque province peut adopter un système différent ne facilite pas les choses, tout comme l’opposition presque farouche des producteurs pétroliers. Toutefois, s’en suivit en 2015 l’élection de Justin Trudeau, marquant un changement de cap dans le discours politique. Cela se traduit par une nouvelle impulsion en matière de politique environnementale du Canada, confortée par la réélection des libéraux en 2019.

La politique environnementale étant l’un des enjeux majeurs des objectifs du gouvernement, le Canada paraît entre de bonnes mains. En mars 2020, Justin Trudeau veut le lancement d’un grand débat national dont le but serait de concilier environnement et économie, à toutes les échelles. Un objectif se dessine : atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050, tout en continuant de développer l’économie Canadienne.

La politique environnementale du Canada permet-elle l’atteinte des objectifs écologiques du pays ?

Dans le cadre du G7 notamment, le Canada a pris, comme ses homologues, des engagements à visée de réduction des gaz à effet de serre et de préservation de l’environnement au sens large. Ces objectifs, transverses et partagés, permettraient l’atteinte d’une certaine stabilité climatique. Voici quelques-uns des objectifs pris par le Canada en matière d’environnement :

  • 90 % de production électrique non industrielle (et 44% de la production industrielle) à base d’énergies renouvelables avant 2030. Seulement 55 térawatts seront issus d’énergies fossiles.
  • D’ici 2030, réduction de 30% des émissions de gaz à effet de serre du pays par rapport au niveau de 2005,
  • Neutralité carbone en 2050.

Le Canada, bonne élève en matière de politique environnementale

Le Canada est sans conteste l’une des meilleures élèves en matière de politique environnementale. Au Canada, les énergies vertes (renouvelables) sont bien plus répandues qu’en France. Entre 2015 et 2016, le secteur des énergies propres avait déjà augmenté en valeur et pris +4,9%. Aujourd’hui, les énergies renouvelables pèsent déjà à 80% environ dans le mix énergétique !

Végétalisation des espaces urbains, énergies vertes… Le gouvernement Trudeau s’engage sur tous les fronts. Près de 100 millions de dollars sont prévus d’être investis dans les réseaux électriques intelligents. Aussi, le Canada table sur la création du FEFEC – Fonds pour une Economie à Faibles Emissions de Carbone avec une contribution initiale de 2 milliards de dollars, dédiés au financement de projets ayant pour but la création d’emplois dans le secteur ainsi que la réduction de la pollution.

Et en matière de pollution, des actions sur le secteur des transports sont nécessaires. Celui-ci comptabilise environ 23% des émissions de gaz à effet de serre constatées au Canada. Le gouvernement, associé aux différents territoires, mise notamment sur un investissement dans les entreprises innovantes et infrastructures de véhicules durables, ceci pour préserver l’environnement et développer les emplois dans le secteur.

Enfin, on ne peut parler de la politique environnementale Canada sans parler de la tarification carbone, imposée en 2019 à 20 dollars la tonne de CO2. Une augmentation de 10 dollars par an est prévue jusqu’en 2022.

Selon les experts, la politique environnementale du Canada permettra pour l’heure d’atteindre les objectifs fixés par le pays, voire même de dépasser ces objectifs. Une bonne nouvelle pour l’environnement !