Déclaration d’illégitimité du G7

By 6 septembre 2019 Communiqués, Non classé

Alors que le G7 s’achève ce lundi 26 août et qu’a priori aucune déclaration commune ne sera réalisée, les plateformes Alternatives G7 et G7 EZ ! livrent leur lecture politique de ce G7. 

 

 

  • 1 Face à l’urgence climatique    

 

Nous, plateformes Alternatives G7 et G7 EZ !, sommes actuellement réunis devant la Cité de l’Océan. Emmanuel Macron a osé prononcer la phrase suivante pendant le G7 : “nous devons répondre à l’appel de l’océan et de la forêt qui brûle (…). Nous sommes Amazoniens”.

Ces 7 chefs d’Etats, véritables pyromanes de la planète, prétendent vouloir éteindre l’incendie qu’ils ont eux-mêmes engendrés : extraction massive d’énergies fossiles, déforestation, agro-industrie, pollution de tous les milieux naturels… Les multinationales sont les 1ères responsables de ces désastres écologiques et les pyromanes du G7 les soutiennent.

Dans son allocution Emmanuel Macron a annoncé : “Nous devons oeuvrer pour avoir toujours plus de croissance”. Mais non, Monsieur Macron : il faut transformer radicalement notre modèle économique pour répondre aux impératifs écologiques et la croissance ne peut être un objectif en soi.

Face au désastre écologique, il est urgent de prendre des mesures drastiques, notamment le désinvestissement massif des énergies fossiles, une taxation réelle et efficace des grands pollueurs industriels, la fin de tous les projets et activités nocifs (autoroutes, nucléaire, agro-industrie…), la relocalisation forte de toutes les activités, le développement massif de transports en commun gratuits, la création de million d’emplois dans des activités utiles pour l’environnement…

 

 

  • 2 Face aux dégâts du libre-échange commercial

 

Le très conservateur Boris Johnson s’apprête à signer avec Donald Trump un « très grand accord commercial (…) plus grand qu’il n’y en a jamais eu ». 

Ces deux défenseurs du business as usual s’apprêtent à mettre sur pied un accord de commerce dramatique, qui aggravera les inégalités et les dégâts écologiques. Mais ce ne sont pas les seuls : les 7 chefs d’Etat du G7 sont les champions des accords de libre-échange, signés par dizaines. 

Nous proposons l’abolition des traités de libre-échange destructeurs du climat, de l’emploi, de l’agriculture, de la démocratie et de la souveraineté des peuples, à commencer par le CETA et le Mercosur.

 

 

  • 3 Face au besoin d’une régulation internationale et démocratique

 

Largement affiché sur le site officiel du G7, le slogan: « la mondialisation a eu des effets bénéfiques en tirant une grande partie de la population mondiale de l’extrême pauvreté. » est à minima un véritable mensonge, au pire une provocation. La mondialisation néolibérale a entraîné une aggravation des inégalités dans la plupart des pays du monde. Le nombre de personnes qui souffrent de la faim et de l’extrême pauvreté augmente dans beaucoup de régions du monde. Nous voulons une régulation multilatérale, prenant en compte la diversité des peuples, incluant tous les pays du monde, fondée sur le respect des droits humains, la solidarité, la réponse à l’urgence écologique.

 

  •     4 Face aux rapports de domination patriarcale

Les puissances réunies au sein du G7 affirment qu’elle veulent « adopter et mettre en œuvre des cadres législatifs qui font avancer l’égalité entre les femmes et les hommes » et ajoutent « notre priorité sera de lutter contre les inégalités, sans renoncer à la mondialisation néolibérale mais en la régulant mieux « .

Mais nous constatons que la mondialisation néolibérale a mondialisé et généralisé l’autoritarisme, la guerre, les inégalités sociales, la pauvreté et la précarité. Situations qui affectent directement les conditions de vie des femmes et de nos communautés. La mondialisation néolibérale est basée sur l’exploitation et le travail non reconnu ou mal valorisé des femmes.

Nous accusons les puissances du G7 d’hypocrisie. Pendant qu’ils réalisent de fausses promesses, et qu’ils organisent une sortie folklorisée, caricaturant les femmes et le territoire du Pays basque, au contre-G7 nous avons porté la nécessité d’une société radicalement féministe débarrassée de la domination patriarcale. Une journée entière du contre-sommet a été dédiée aux enjeux féministes, une veille et un dispositif conséquent ont été mis en place pendant tout le contre-G7 pour prévenir toute agression sexiste ou sexuelle.

 

  •     5 Face à l’hégémonie des multinationales

On a réussi à engager des dizaines de grandes entreprises pour que le but de l’entreprise ce ne soit simplement pas faire du profit pour les actionnaires, mais qu’elles s’engagent, elles-mêmes, dans leur quotidien à oeuvrer pour plus d’égalité.”

Pourtant, on a appris, juste avant le lancement du G7, qu’à l’échelle mondiale un record absolu de versement de dividendes aux actionnaires avait été battu avec plus de 513,8 milliards de dollars versés aux actionnaires au premier trimestre. Et l’Oréal, Engie, Orange, Suez… toutes ces multinationales ont été étroitement associées à ce sommet, démontrant une nouvelle fois la connivence entre Emmanuel Macron et les multinationales.

Il est urgent de désarmer les multinationales et de mettre un terme à leur impunité, pour financer l’intérêt général plutôt que rémunérer les actionnaires. Notamment, nous avons préparé pendant ce contre-G7 notre mobilisation pour l’adoption d’un traité international contraignant sur la responsabilité des multinationales.

 

  •     6 Face au dumping et à l’évasion fiscale     

Emmanuel Macron a déclaré à propos de la taxe GAFA : « Nous, on ne souhaite pas garder notre taxe. Elle est très imparfaite notre taxe.Oui cette taxe est imparfaite, elle est même tout à fait insuffisante. Mais Emmanuel Macron propose tout simplement de supprimer le peu qu’il y a. Il se couche devant Donald Trump, pour calmer les pressions autour de la taxe GAFA adoptée en France. Nous proposons une taxation unitaire des multinationales en fonction de leurs activités réelles et une taxation efficace des transactions financières. Toutes ces mesures pourraient être mises en oeuvre dès demain par chaque pays du G7, il ne manque que la volonté politique.

 

  •     7 Face à la multiplication des guerres

L’accord avec l’Allemagne autour du conflit au Sahel a pour ambition de présenter Macron sur la scène internationale comme un médiateur et un facteur de paix. En réalité cet accord n’intervient que pour protéger et garantir les intérêts stratégiques et économiques de la France et l’Allemagne dans la région. 

Le résultat est désastreux, c’est la déstabilisation de toute la corne du Sahel et du golf qui est en cours. Contrairement à tous les beaux discours, pour la France comme pour les autres, cet exemple illustre à quel point la géopolitique des 7 pays du G7 est au service des intérêts de leurs multinationales et engendre militarisation et conflits.

Le gouvernement français, comme son homologue espagnol, est incapable d’apporter des solutions aux aspirations du peuple basque et les centaines de prisonniers politiques au Pays basque sont vécus comme une provocation supplémentaire. 

Dans le même temps, Emmanuel Macron, Angela Merkel, Donald Trump et les autres sont en train de bâtir des murs partout sur la planète et de faire de la Méditerranée un cimetière, au mépris du droit internationale et des droits humains fondamentaux. Nos gouvernements sont responsables de la détresse de millions de personnes qui fuient les conséquences de leurs politiques. C’est contre cela que nous luttons et que nous défendons des valeurs fortes de solidarité, de liberté de circulation et d’installation. 

 

Conclusion

En revanche nous devons reconnaître qu’Emmanuel Macron a connu un moment de lucidité lors de ce G7 lorsqu’il a prononcé la phrase suivante : « Nous ne réussirons sans doute pas sur tout ». Effectivement, ils n’ont réussi sur rien, ce système en faveur des plus riches et des multinationales va perdurer et le G7 n’y a rien changé.

Ces derniers jours, deux mondes étaient à l’œuvre au Pays basque : d’une part celui de l’élite économique et politique présente à Biarritz, remplie d’hypocrisie et inefficace face aux défis mondiaux auxquels est confronté l’humanité, d’autre part celui des mouvement sociaux, prenant en compte la réalité quotidienne de la majorité sociale et engagée sur des valeurs et alternatives progressistes et responsables.

 

Ce que nous allons faire à présent

Nous voulons atteindre la place Clémenceau, qui se situe devant le lieu officiel du G7. Nous voulons y lire notre déclaration d’illégitimité du G7. Si nous rencontrons des représentants du G7, nous ne négocierons rien avec eux, nous les accuserons publiquement d’illégitimité et leur remettrons notre déclaration.